AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 do you think about me now and then (cal)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cal McLeod

avatar

Messages : 134
Avatar, © : james mcavoy; pvns.
Multicomptes : avalon.
Pseudo : fox.
Age : thirty six y.o.
Activité : owner of a little restaurant in the center.
Statut : married, but it's complicated right now.
En poche : cigarettes, iphone, a picture of him, wallet, keys.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$)$$$
Contacts:
RP: 1/3 (engl/fr) - moïra, clare, x.

MessageSujet: do you think about me now and then (cal)   Sam 15 Avr - 20:25


[callum mcleod]
sit down, be humble

nom complet : callum ewen mcleod. un nom qui rappelle les origines de ses parents, la lointaine écosse, ses kilts, ses paysages sans oublier sa cornemuse. plus communément appelé cal, plus court, plus rapide. ◦ âge, date et lieu de naissance : né un jour pluvieux à edimbugh il y a de ça trente six ans, un quatorze mai.origines et nationalité : son accent trahit ses origines, il a grandi dans le pays de sa mère, l'écosse, jusqu'à ses neuf ans. c'est bel et bien du sang écossais qui coule dans ses veines. puis elle a décidé de s'envoler pour les états-unis quand son paternel a disparu du jour au lendemain. il a donc également obtenu la nationalité américaine. ◦ statut civil et orientation sexuelle : hétérosexuel et marié depuis dix ans maintenant, mais les choses sont compliquées depuis le drame. elle ne lui parle plus, elle l'évite. en sept mois, il a du la voir deux ou trois fois par chance, par hasard, et ça le tue un peu plus chaque jour. ◦ occupation et situation financière : $$$$$, propriétaire d'un petit restaurant en centre ville héritage de son beau-père qui lui a laissé sa place. il y a travaillé en tant que serveur dans ses jeunes années. ce n'est pas le métier dont il a toujours rêvé, lui qui voulait être écrivain. les fins de mois sont souvent difficiles, mais il s'en contente et fait tout pour que ça continue. ◦ situation familiale : il n'existe même pas de mot pour définir sa situation. son fils de six ans est décédé, il y a de ça sept mois. il est toujours père, mais n'a plus d'enfant. tout lui rappelle son fils désormais. il a également deux demi-sœurs issues du second mariage de sa mère. il n'a plus revu son père depuis qu'il est gosse et il voit régulièrement sa mère dont il est très proche. ◦ traits de caractère : sarcastique, enfantin, têtu, généreux, loyal, protecteur, bagarreur, passionné, romantique, ironique, sensible, impulsif, idéaliste, rêveur, taquin, rancunier, fidèle, maladroit. ◦ groupe : the grass can always be greener.

let's talk about spaceships
son père a fait ses valises et a quitté le domicile familial alors qu'il n'avait que neuf ans. depuis il crache sur son paternel dès qu'il en a l'occasion. il n'a que très peu de souvenirs avec lui, comme si sa mémoire l'avait effacé au fil du temps ≈ il a tendance à être maladroit avec ses mains autant qu'avec ses pieds. il ne compte plus les verres et les assiettes qu'il a pu casser au restaurant. heureusement, il n'est plus serveur. un désastre ≈ sa mère s'est mariée une deuxième fois peu de temps après leur arrivée aux Etats-Unis. il a deux petites sœurs issues de cette union (il refuse d'utiliser le mot demi quand il parle d'elles), il est très proche de ces dernières. protecteur, il fait tout son possible pour prendre soin d'elles. ≈ l'écosse lui manque parfois. il essaye d'y retourner le plus souvent possible ≈ il n'accorde que très peu d'importance à l'argent. pour lui, il faut bien plus pour être heureux et il a été pendant longtemps sans rouler sur l'or. il n'est absolument pas matériel ≈ il écrit des nouvelles, des poèmes que seule sa femme a le droit de lire. depuis qu'il est gamin, il rêve d'être écrivain, de publier ses mots, ses histoires. ça n'arrivera sûrement jamais, cependant l'écriture reste son échappatoire ≈ il passe beaucoup de temps à lire. il est toujours au milieu d'un bouquin, rangé soigneusement au milieu de ses étagères. lire lui permettait de s'évader étant enfant, il a toujours aimé ça ≈ il a toujours aimé voyagé. plus jeune, il partait dès qu'il en avait l'occasion, il a souvent voyagé avec moïra. ça lui manque, mais il a autre chose à faire à présent. plus le temps de vagabonder ≈ curieux, il s'intéresse à tout ce qui l'entoure, il aime tout savoir sur tout. il aime traîner dans les galeries d'art, assister à des conférences, passer des heures à éplucher les journaux. ça a toujours intrigué sa femme qui n'a jamais compris pourquoi il avait abandonné ses études ≈ il avait commencé des études de journalisme qu'il a fini par laisser tomber pas par choix, mais par obligation. son beau père ne pouvait pas s'occuper du restaurant seul et cal y passait des heures et des heures, loupant parfois les cours, il a fini par décrocher. il savait à quel point le restaurant comptait pour son beau-père qui avait travaillé toute ça vie pour ça. il a toujours dit qu'il reprendrait ses études plus tard, mais plus les années passent, moins cela semble possible ≈ il ne tient absolument pas l'alcool, il finit toujours par faire des choses qu'il regrette lorsqu'il force sur la boisson ≈ il ne se rase que très rarement, par flemme. puis ça le fait rire que les gens lui demandent s'il colore ses cheveux lorsqu'ils se rendent compte que sa barbe est rousse ≈ il sait prendre l'accent américain, il a fini par apprendre usé des moqueries ≈ porte des lunettes pour lire et pour tout ce qui fait travailler sa vue de près ≈ il aime se rendre ridicule pour faire rire, ou du moins ça ne le dérange pas. il aime se déguiser, danser, sortir des blagues en tout genre. il ne s'est jamais vraiment pris au sérieux de toute façon. apparemment, c'est ce qui fait son charme ≈ vous ne le verrez que très rarement conduire, il préfère de loin utiliser son vélo. il se sent plus libre comme ça ≈ ne faisant qu'un mètre soixante dix, il s'est habitué à avoir des remarques quant à sa petite taille et à être le plus petit de sa bande d'amis ≈ il est marié depuis dix ans et contrairement  à de nombreux couples ayant passé cette étape, il est toujours fou amoureux de sa femme. elle passait la soirée avec des amies dans un bar et une fois seule quelques jeunes hommes étaient venus l'importuner. elle avait tenté de leur faire comprendre qu'elle n'était pas intéressée en vain. observant la scène de loin, il n'avait pu s'empêcher d'intervenir. passant son bras autour de ses épaules, il s'était fait passé pour son petit-ami faisant rapidement fuir les prétendants. elle avait rit et l'avait remercié. depuis ce soir, il ne l'a plus lâchée ≈ ils se ressemblent et se complètent. elle lui avait permis de réaliser qu'il était vraiment et ce malgré leurs origines sociales très différentes. c'était peut-être pour ça qu'elle était tombée amoureuse de lui, il lui permettait de s'échapper. cependant, son père n'a jamais vraiment accepté cal ≈ à chaque occasion qu'il se présente, il aime rappeler qu'il a fait une demande en mariage en bonne et due forme. il ne s'en lasse jamais, il aime s'en vanter. il a demandé moïra en mariage lors d'un concert de leur groupe favori ≈ le couple a perdu son petit garçon william, il y a sept mois, des suites d'une leucémie après plus de deux ans de traitement. ça les a éloigné, ils n'ont pas vécu le drame de la même façon, sa femme semble avoir besoin de temps seule pour s'en remettre. elle dit qu'elle ne peut pas le regarder sans penser à william. ils ne se sont que croisés depuis, et cal a du mal à remonter la pente seul ≈ il passe son temps à fumer depuis. il avait arrêté pour son fils, mais c'est plus fort que lui ≈ depuis trois mois, une jeune fille travaille en tant que serveuse dans son restaurant, daisy. si au départ, il avait été réticent à l'embauche de la jeune femme s'exclamant qu'ils n'avaient besoin de personne en plus, il est aujourd'hui plus qu'heureux de l'avoir à ses côtés chaque jour. elle est tout le contraire de lui en ce moment. depuis le décès de son fils, il est aigri, pessimiste, râleur et ma joie de vivre et le caractère de la poupée rousse lui arrachent bien souvent des sourires malgré lui. elle lui apparaît comme un ange, comme une lumière dans son existence trop sombre, comme une bouée au milieu du nauvrage.

sad, but endearingly so.



(you look like a movie, you sound like a song)
Il tendait sa main vers elle, mais finalement agrippait ses hanches pour l'aider à descendre. Ils riaient tels des enfants en train de faire une bêtise, qui savent éperdument qu'ils font quelque chose de mal, mais qui ne peuvent s'empêcher d'apprécier le frisson que cela procure. « You make me do crazy and stupid things. » chuchotait-elle en tentant de retrouver son souffle. « Feels good, right ? » lui répondait-il, toujours en riant. Il ressentait une certaine frustration de ne pas pouvoir admirer son visage, mais tentant de discerner sa robe blanche dans le noir. Ils avaient passé la soirée à errer dans la ville, marchant par-ci par-là, dans les petites ruelles perdues. Puis ils étaient passés devant ce parc et elle avait avoué être déçue qu'il soit fermé. Sans se faire prier, il l'avait soulevée et aidé à escalader la grille avec plus ou moins de facilité ce qui leur avait volé plusieurs fous rires. Il attrapait sa main du bout des doigts alors qu'elle s'accrochait à sa chemise, comme si elle avait peur de le perdre dans l'obscurité du parc. Une autre aurait pu trouvé cette idée complètement stupide, mais ils leur avaient suffit d'un regard pour qu'elle comprenne ce qui se tramait dans son esprit et qu'elle enlève ses talons hauts. Les yeux fermés, il ne disait plus rien, se contentant d'apprécier la douceur du vent sur son visage. Il n'avait plus regardé sa montre ce soir là. Il avait perdu la notion du temps alors qu'elle chantonnait et qu'ils dansaient dans les bras l'un de l'autre. Peut-être que ce moment avait duré trente minutes ou trois heures, il n'en avait aucune idée. Il se souvenait juste de cette sensation de bien-être, de son parfum, de son rire, de ses lèvres contre les siennes. Puis le gardien du parc les avait surpris, ils avaient couru, il avait trébuché. Il ne pouvait s'empêcher de sourire en y repensant. La main sur sa bouche, elle s'efforçait de ne pas rire. Le souvenir de son visage à cet instant précis, à peine éclairer, des larmes de joies au coin des yeux.  Le gardien ne les avait finalement jamais retrouvés, et ils avaient passés la nuit allongés l'un contre l'autre dans l'herbe mouillée. Quand il y repensait aujourd'hui, ce souvenir lui paraissait loin, presque comme un rêve.

L'odeur de l'hôpital lui donnait la gerbe, voir tous ces gamins malades, voir son fils malade. Il passait une main lasse sur son visage fatigué. Ce couloir, il le connaissait par cœur, cette chaise il s'y asseyait depuis des mois, cette chambre semblait être devenue celle de William désormais. Moïra dormait dans ses bras, mal installée sur les chaises mal foutues de ce putain d'hôpital. Il était fatigué, épuisé, démoralisé. Il ne comptait plus les fois où les médecins leur avaient dit d'être patients, que les choses avaient des chances de s'améliorer. Il n'en avait plus rien à foutre de ces superstitions, il voulait des faits, de vraies améliorations, à commencer par voir son fils ailleurs qu'allongé dans ce lit d'hôpital. La gorge nouée, il fermait les yeux retenant de nouvelles larmes. Il en était fatigué de pleurer, fatigué d'attendre, fatigué d'espérer un miracle. Il ne dormait plus, il passait ses nuits à écouter Moïra pleurer enfermée dans la salle de bain, et ça le bouffait. Ils passaient leurs journées à l'hôpital, à tour de rôle, dès qu'il le pouvait, ne laissant jamais Will tout seul. Les murs blancs de l'hôpital lui filaient la migraine. Rouvrant les yeux, il resserrait son étreinte autour de sa femme. Les gens allaient et venaient le long du couloir, continuant leur vie, et ça lui donner envie de crier parce que la sienne semblait être en suspens. Tous les jours se ressemblaient tout en étant pire que le précédent, ils nageaient dans l'incertitude et la peur.

(and i will try to fix you. )
« Moïra ? » soufflait-il, presque pour lui-même. Il ne rêvait pas, c'était bien elle. De l'autre côté de la rue. Ses cheveux étaient plus courts, mais il reconnaitrait cette démarche parmi des milliers. Il traversait la rue sans vraiment regarder et manquer de peu de se faire renverser par un taxi. Le chauffeur l'insultait, du moins c'était ce qu'il croyait avoir compris au loin, son esprit ne voyait que Moïra. « Moïra ? » répétait-il, un peu plus fort, priant pour qu'elle l'entende. Elle se retournait ce qui eut pour effet de le fixer au sol. Il ne parvenait plus à bouger perdu dans son regard. Le temps semblait s'être figé ni l'un ni l'autre n'osant bouger. Il ne l'avait pas vu depuis deux mois, depuis que ce qu'ils avaient tant redouté soit arrivé. Puis elle tournait les talons. Il restait planté là, l'air bête, les sourcils froncés. Reprenant ses esprits, il se mettait à lui courir après. « Wait, Moïra. Where have you been ? I called you a million times and your sister didn't want to tell me where you were. » Le cœur battant la chamade, il accélèrait le pas voyant qu'elle ne réagissait pas. Pris d'audace, il attrapait son poignet pour la forcer à lui faire face. Elle sursautait et le repoussait, comme si elle avait été touchée par un courant électrique. « What the.. Talk to me, please. » Elle le fixait un instant, puis détournait le regard. « I don't want to talk, Cal. » soufflait-elle avant de s'enfuir à nouveau, mais il ne lâchait pas son poignet. « Okay then, don't talk but just stay with me. Please. » Il n'était pas à genoux, mais c'était tout comme. Il la suppliait de rester, de ne pas le laisser. « Don't. » murmurait-elle, les larmes aux yeux. Ce n'était plus que de la colère qui s'emparait de lui. Il la détestait de le laisser seul, maintenant, après ce qui s'était passé. « Fine, whatever. I do- » s'était-il écrié devant les regards choqués des passants avant de se faire renverser par une voiture. Tout était allé vite, il ne s'était rendu compte de rien, il ne se souvenait que de la force du choc de la carrosserie contre son flanc droit. La voiture ayant freiné à temps, il ne s'en était sorti qu'avec des égratignures. Elle était restée finalement le traitant d'idiot inconscient. Elle avait attendu l'ambulance avec lui. Il aurait voulu lui en dire plus, lui dire qu'il avait besoin qu'elle revienne, qu'elle n'avait pas à rester seule, qu'ils pourraient s'en sortir. Mais il ne l'avait pas fait. Il s'était contenté de prendre sa main dans la sienne, silencieusement. Le choc l'en avait empêché ou alors il n'avait pas voulu lui offrir cet espoir qu'on leur avait servi encore et encore et qui n'était jamais réellement apparu. Il ne l'avait pas lâché du regard une fois dans l'ambulance sachant pertinemment qu'il ne la reverrait pas dans les prochains jours.


and a kiss to make it better
pseudo/prénom : fox. ◦ âge et pays : from the uk, majorité universelle. ◦ avatar : james god mcavoy.  ◦ avis, autres : vous êtes beaux, je vous aime. ◦ crédits : tumblr.


Dernière édition par Cal McLeod le Dim 16 Avr - 3:35, édité 53 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Fenwick
◆ sitting in a palace covered in gold
avatar

Messages : 339
Avatar, © : chloe bennet, freesia (av).
Multicomptes : dirk.
Pseudo : tyrells, arianne.
Age : twenty-six yo.
Activité : radio host, amateur dj.
Statut : complicated, too complicated.
En poche : gum, iphone, wallet, car keys, lip bomb, phone charger, old ipod with the mixes, make up, (...).

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$$$)
Contacts:
RP: open (bel)

MessageSujet: Re: do you think about me now and then (cal)   Sam 15 Avr - 20:39

Bienvenue parmi nous et si tu as la moindre question n'hésite pas.

_________________
{ she said a bit of madness is key to give us new colors to see, who knows where it will lead us, and that's why they need us, so bring on the rebels, the ripples from pebbles, the painters, and poets, and plays, and here's to the fools who dream, crazy as they may seem. }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dottie Rose
◦ promise me, no promises
avatar

Messages : 312
Avatar, © : vikander (©moonlight).
Multicomptes : clive.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-seven yo, half child and half ancient.
Activité : filmmaker (indie docu-films).
Statut : elusive.
En poche : phone, wallet, keys, mints, leather notebook, loose change, hairpins, bright orange nailpolish, sunglasses, camera, paperback.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: scraping by. ($$)
Contacts:
RP:

MessageSujet: Re: do you think about me now and then (cal)   Sam 15 Avr - 22:06

Ce choix.
Bienvenue! I love you

_________________
▪️ ▪️ ▪️  but in our story, who is the monster at the end of the book? oh my love, the monster is time.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ultralife.forumactif.com
Cal McLeod

avatar

Messages : 134
Avatar, © : james mcavoy; pvns.
Multicomptes : avalon.
Pseudo : fox.
Age : thirty six y.o.
Activité : owner of a little restaurant in the center.
Statut : married, but it's complicated right now.
En poche : cigarettes, iphone, a picture of him, wallet, keys.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$)$$$
Contacts:
RP: 1/3 (engl/fr) - moïra, clare, x.

MessageSujet: Re: do you think about me now and then (cal)   Sam 15 Avr - 22:27

merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Fenwick
◆ sitting in a palace covered in gold
avatar

Messages : 339
Avatar, © : chloe bennet, freesia (av).
Multicomptes : dirk.
Pseudo : tyrells, arianne.
Age : twenty-six yo.
Activité : radio host, amateur dj.
Statut : complicated, too complicated.
En poche : gum, iphone, wallet, car keys, lip bomb, phone charger, old ipod with the mixes, make up, (...).

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$$$)
Contacts:
RP: open (bel)

MessageSujet: Re: do you think about me now and then (cal)   Dim 16 Avr - 3:52

J'adore Cal
Et ta plume est magnifique
Je valide

_________________
{ she said a bit of madness is key to give us new colors to see, who knows where it will lead us, and that's why they need us, so bring on the rebels, the ripples from pebbles, the painters, and poets, and plays, and here's to the fools who dream, crazy as they may seem. }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: do you think about me now and then (cal)   

Revenir en haut Aller en bas
 
do you think about me now and then (cal)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUNCHING IN A DREAM :: II. / CALIFORNIA ENGLISH :: PHRASES TO BREAK THE ICE :: KINGS AND QUEENS OF SUMMER-
Sauter vers: