AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 it’s war on the streets.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nicksy Thewlis
the new lost generation.
avatar

Messages : 23
Avatar, © : kidd, © thee oh sees.
Pseudo : oaristys.
Age : twenty-seven years old.
Activité : the wonderful wizard of oz.
Statut : trainspotter.
En poche : weed, knife, condom, violence and despair poetry.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: down and out.
Contacts:
RP: ( □□□ )

MessageSujet: it’s war on the streets.   Mer 19 Avr - 19:20


[nicholas thewlis]
all that happens is that the expectations
you have of life fall
you just get used to all the shit.

nom complet : nicksy francis thewlis. ◦ âge, date et lieu de naissance : vingt-sept ans, né par une journée probablement pluvieuse et merdique un deux novembre, en plein milieu de rien, à vallejo, solano county, california. ◦ origines et nationalité : personne saura jamais. son grand-père avait parlé d'angleterre, une fois (à moins que ce soit l'irlande ?), sa mère du danemark, mais il suppose qu'elle y a simplement été une fois en vacances. dieu bénisse sa nationalité américaine, pas vrai ? viva uncle sam ! ◦ statut civil et orientation sexuelle : marié pour rien au monde, doit avoir semé quelques spermatozoïdes ça et là dont certains sont forcément devenus des foetus - quant à ce qui est arrivé après... que sera, sera. pas besoin de s'orienter quand on connait son nord. ◦ occupation et situation financière : son frère retape des caisses au garage, lui s'est trouvé quelques jobs qui ont moyennement tenus dans le temps : vendeur dans un pornshop, skateshop (côté riches), vendeur de places de ciné dans un cinéma tout niqué de vallejo, bref, il aurait aimé être footballer professionnel, mais faut croire qu'on peut pas tout avoir. on peut même hyper facilement avoir que dalle, alors pourquoi demander quoi que ce soit ? ◦ situation familiale : vaut mieux ne pas aborder le sujet, et juste déduire que c'est son frère aîné qui l'a torché, qui l'a fait becter, qui s'est assuré qu'aucun camion ne l'écrase comme un scarabée quand il traversait la rue. aujourd'hui encore, c'est un peu lui qui tient la barre, parce que nicksy, c'est le bateau ivre. ◦ traits de caractère : loyal, mais c'est peut-être parce que c'est toujours quelqu'un d'autre que lui qui possède ce dont il a besoin, solidaire, surtout dans les bastons, les fuites en tout genre, fucked up, un de ces cas désespérés que jamais aucun éducateur n'a réussi à aider, dans l'éternité qui se situe entre l'enfance et l'âge d'homme, un hors-temps qui seul lui permet d'exister, intelligent, au fond, il a vite compris que dans la vie, il faudra se démerder tout seul, sans doute profondément effrayé par l'horizon, incapable de rêver, comme les autres, le continent opposé de l'autre côté de l'océan. ◦ groupe : we'll never be satisfied / 1 à 25% (les insatisfaits).

let's talk about spaceships
(un) son frère, issu d'un autre père que lui, est bien plus au courant que nicksy de l'amour véritable que leur porte leur mère. femme-enfant, éternelle adolescente au quotient intellectuel plutôt en-dessous de la moyenne, s'occuper d'elle-même lui prend tout son temps, et elle voit ses fils comme des amis, des complices de son quotidien et de ses histoires de coeur. jamais elle n'a pu se montrer présente en tant que mère (en dehors des tâches basiques telles que : nourrir, envoyer se laver, et encore), éducatrice. si l'aîné a tracé sa route en lui tournant le dos, le petit dernier n'a jamais pu se résoudre à cesser d'envisager sa mère comme étant sa mère. nicksy s'est démené coûte que coûte toute son enfance pour la protéger, refusant de voir qu'elle ne le protégeait, de son côté, absolument pas. quand le grand s'est barré, le besoin d'attention de la mère s'est focalisé sur nicksy, qui a vu là le beau rôle (naïf enfant). il s'est fait bouffer par maman, jusqu'à ce que ses difficultés certaines soient révélées par l'école, le collège et ses assistantes sociales. sa réaction face à la remise en question de son éducation fut la violence, et face à cette violence persistante, sa mère a préféré insister auprès des services sociaux pour qu'ils embarquent ce môme qui devenait une source de soucis et non de pleine et entière satisfaction. petit, il vouait un culte à sa mère, se battait pour elle, hurlait de rire à ses plaisanteries et lui jurait qu'elle était l'unique femme de sa vie. adolescent à venir chercher tous les matins au commissariat, procès de mineurs auxquels elle se devait d'assister... tout cela n'était pas du tout inscrit sur le plan de vie de maman. nicksy n'a jamais voulu vraiment le voir, mais sa mère a toujours tout fait pour que, dès l'adolescence, les services sociaux le prennent en charge et la libèrent du poids de ce gosse devenu ingérable. (deux) la seule autorité qu'il respecte est celle de son frère, dont il partage la vie et l'habitation depuis qu'ils ont quitté la petite maison familiale. l'aîné se fout bien de prendre des nouvelles de maman, mais nicksy y met un point d'honneur : chaque visite à sa mère est une épreuve. il a grandi, et elle pas. elle vieillit, simplement, bêtement. elle enchaine les mecs comme une ado, des mecs plus que douteux dont elle se plaint à son fils, le suppliant d'aller leur péter la gueule. elle lui demande parfois de l'argent et passe l'heure à parler d'elle-même sans se soucier une seconde de comment se porte son fils cadet. c'est pourtant la croix de nicksy, celle qu'il refuse de laisser derrière, malgré l'incompréhension circonspecte de son frère face à cette attitude que le grand juge masochiste. mieux vaut ne pas tenter de débattre de ce sujet avec nicksy, et ça, son frère l'a compris. (trois) nicksy et son frère ont très tôt intégré un groupe de redskins américains, dont ils ont suivi les codes (tatouages, coiffures, vêtements) et leur évolution, les faisant parfois confondre par les non-connaisseurs avec les skinheads nationalistes et/ou néo-nazis, ce qui les fait rire et les arrange bien, connaissant la peur naturelle des gens pour ces communautés. pour la faire courte, le mouvement redskin est issu du milieu prolétarien blanc et noir, non-politisé, plus centré bagarres et de football que nation forte, suprématie raciale et autres hautes considérations à la con. à partir des années soixante-dix et de l'explosion du punk, les redskins se rangent du côté des communistes, et s'affrontent parfois avec ceux rangés du côté de l'extrême droite. les groupes de redskins antifascistes deviennent les opposants brutaux des nationalistes. le groupe de redskins qui reste le plus connu est le sharp (skinheads against racial prejudice), composé de skinheads et de reds, dont la figure emblématique est roddy moreno. en californie, le groupe dont fait partie nicksy s'affronte le plus souvent avec le splc, le réseau des jeunes traditionalistes, qui ne cache pas son racisme. les rixes sont des plus violentes, se déroulent aux poings et pieds ainsi qu'à l'arme blanche. (quatre) son frère n'est plus membre à part entière du groupe redskins, même s'il reste un de leur supporter, préférant le calme d'une retraite composée de réparations de bagnoles et de mobs et de fumette à l'éternel combat. nicksy, plus jeune et encore porté par une dose de violence phénoménale, est toujours un membre de la communauté, et ses amis sont (presque tous) redskins. il est malheureusement connu des services de police, en tant que membre influent et particulièrement violent du groupe. par miracle (parce qu'il ne compte pas ses coups), il n'a jamais tué personne. les hommes qu'il a envoyés aux urgences pour coups et blessures, notamment au couteau, n'ont pas porté plainte contre lui, choisissant, comme bien souvent, d'en faire une affaire de revanche personnelle. il n'empêche, ce n'est pas la troisième guerre mondiale, si les affrontements ont bien lieu de temps en temps, ou les rixes dans les bars / la rue en soirée / au milieu de la nuit, nicksy n'est pas un gangster et ne manque pas de se faire tirer dessus dès qu'il sort d'un taxi. (cinq) il y a des filles qui sont chaudes pour coucher, baiser avec nicksy, qui sont sur la même longueur d'ondes que lui, mais il y en a peu qui deviennent ses copines officielles. d'abord parce qu'elles n'en ont aucune envie, sont parfois déjà en couple ou tout simplement n'ont pas envie d'une relation sérieuse, encore moins avec un type aussi violent et peu friqué, mais ensuite parce que nicksy n'est pas très doué en la matière. on ne lui a jamais enseigné les rudiments du bon comportement du mec en couple, censé s'occuper de sa nana et ne pas la tromper. sa mère ayant toujours été comme une copine, il n'a aucune révérence orale envers la gent féminine, dit "ta gueule" comme on dit "tu fais quoi ce soir, mon coeur ?", ce qui fait indéniablement de lui un meilleur pote que petit-copain. une fois, une seule, il a été en couple, comme on dit. ça a commencé par de la baise occasionnelle, puis moins occasionnelle, puis ça a été la prise en compte naturelle que sans l'autre dans le coin pour baiser, se marrer, marcher, se poser, dormir, le paysage est moins cool. cette nana s'est barrée quand son mec est sorti de taule, et qu'elle a choisi de le suivre à brooklyn tout en jetant, en partant, un regard de chat perdu à nicksy.

sad, but endearingly so.
tu sais, des fois, j’ai eu des rêves, taillés dans l’o, dans l’oméga, je cherchais comment voir, voir ce qu’on regarde, regarder ce qu’on voit. tu sais, des fois, elle laissait ouverte la fenêtre alors qu’il faisait froid. le vent passait tout droit, droit sur moi par l’embrasure, et les lettres, les pensées perdai nt des le tres,  es mo s da s le cour nt d’air. repartait comme il était venu en emportant mes rêves. ils ont voyagé, tu sais, dans le tourbillon du vent, j’ai perdu mes rêves et mes visions dans l’horizon. je les ai vus danser en rond entre eux, me narguant de leurs courbes et leurs cambrures, et je riais et je frappais dans mes mains devant ce spectacle de mes rêves qui s'en vont. j'étais un enfant.

Putain d’ta mère la PUTE ! Poing s’enfonce dans le mur de plâtre blanc, éclats poussiéreux dans l’instant. — Nicksy, calme-toi. Index pointé sur visage pâle. — Toi, ta gueule. Tu fermes, ta, gueule. Yeux fermés, puis rouverts. Fatigue et vieillesse avant l’heure. — Nicksy, tu sais ce que je vais être obligé de faire si ça continue. Rire semblable à un aboiement. — Nicksy, oooooh, Nicksy, tu saiiis ce qu’on va m’ooobliger à faiiiire ? Arrête de m’appeler par mon prénom. Je suis pas ton putain de pote. Fais c’que t’as à faire mon gars, mais arrête d’essayer de faire croire aux autres que t’es obligé. Rage montante comme une fièvre-ouragan. — Putain, t’adore ça, hein ? Obéir. « Oh non, s’il vous plait, m’obligez pas… » Et t’obéis avec plaisir, hmm, plaisir un peu pervers, pas vrai ? Tu fais les choses que si on te force à les faire.Nicksy, ta mère te veut plus à la maison, bordel, tu comprends ce que ça veut dire ? T'es mineur, putain de merde, mineur ! J’essaie de t’AIDER ! Refus d’y croire. Maman c’est maman. OTP. — Je t’ai rien demandé connard. Te sers pas de moi pour trouver un sens à ton existence minable.T’en sortiras pas, Nicksy. Reste dans ce cercle vicieux, et t’en sortiras pas.Enfermez-moi. Casse-toi et ferme à clé derrière toi. Tu crois quoi ? Tu crois me donner une bonne leçon, hein ? Ma liberté, elle est là-dedans. Presse la détente contre la tempe. — Là-dedans, t’entreras jamais. Tu fermeras rien. C’est là où t’as aucun droit, ni toi ni tous ces enculés qui croient dicter des lois pour nous soumettre à leur autorité psychorigide. Ferme la porte, putain ! Pied qui s’élance et frappe le bois écaillé, écho de haine et de désespoir au cœur du vide. L’homme secoue la tête et recule. Sa main sort de la poche de son pantalon une clé argentée. — Désolé, Nicksy. Rire sans joie. — « Désolé, Nicksy ». Vous adorez ça, vous excuser. L’éducateur qui me tripotait la bite adorait ça aussi. Désolé, Nick, c’est pour ton bien. Oh, pardon, mon chéri, pardon. Huit putain d’années. Il me demandait de l’excuser de toucher ma bite de gosse de huit putain d’années. Tu sais ce que je lui ai fait ? Soupir, fumée translucide, poussière invisible glissée entre les ombres immobiles. — Je le sais. Comme une envie de hurler dans l’univers qui reste coincée dans les entrailles. Explosion interne de champignon atomique. Pluie de goutes de sperme bleutées dans les bouches tendues des garçons sauvages. — Casse-toi. Porte qui se referme et clé qui tourne dans la serrure. The bricks beat down in the boys in blue. There’s no escape, they’re coming for you. The walls come crashing ‘round your head. It’s war on the streets, and they’re running red.

https://www.vice.com/fr/article/vallejo-v10n9
https://news.vice.com/fr/article/violente-bagarre-entre-nonazis-et-antifascistes-en-californie

and a kiss to make it better
pseudo/prénom : oaristys. ◦ âge et pays : majeure sans vaccins, france. ◦ avatar : pas de résa si possible.  ◦ scénario/pré-lien/inventé : inventé. ◦ avis, autres : ça m'a l'air trop cool ici. ◦ crédits : irvine welsh, blitz, nation on fire.


Dernière édition par Nicksy Thewlis le Mer 26 Avr - 11:43, édité 13 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bobbi Hayes

avatar

Messages : 264
Avatar, © : Roden, by Wolfgang
Pseudo : Ines.
Age : Twenty seven yo.
Activité : Interior Designer for Jem's cafe.
Statut : Thanks to her lies, Bobbi is now supposed to be engaged with Jem Kessler.
En poche : malboros, notebook leather, mints, her favorite lipstick, phone, home and car leys, candies, id, sunglasses, some make-ups.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: {$$$}
Contacts:
RP: clare, jem, eli, tc, elias, (fr, fr/anglais)

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Mer 19 Avr - 19:22

Ce début de fiche promet I love you Bienvenue et n'hésite pas si tu as une question
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Mer 19 Avr - 19:25

oh le début de ta fiche est dfivbdfobv
je vais sûrement venir t'embêter pour un petit lien
et bienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Mer 19 Avr - 19:29

Gosh un redskin, j'meure, l'idée juste merveilleuse quoi et ce début de fiche magnifique vivement la suite
et bienvenue parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Clare Buchanan
◦ put your hands into the fire.
avatar

Messages : 273
Avatar, © : camile mendes, little liars.
Pseudo : clémence. (borealis)
Age : 24 ans.
Activité : avocate en devenir.
Statut : escape.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: taken (cal, bobbi, jem, clive, lip, eli)

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Mer 19 Avr - 22:29

ouuuuuuuh dieu! ce choix!!
bienvenue parmi nous, bon courage pour ta fiche et si tu as la moindre question, surtout n'hésites pas à nous contacter

_________________
come and let us live my dear, let us love and never fear, then let amorous kisses dwell on our lips, begin to tell a thousand, and a hundred, score an hundred, and a thousand more, we’ll confound the reckoning quite, and lose ourselves in wild delight: while our joys so multiply, as shall mock the envious eye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airlie Adamo

avatar

Messages : 41
Avatar, © : romee strijd (morrigan + astra)
Pseudo : emelyne
Age : twenty yo.
Activité : executive assistant.
Statut : in a relationship.
En poche : one iphone and one burt's bee coconut and pear lip balm.

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 0:19

je plussoie tous mes voisins du dessus j'ai hâte de lire la suite Smile
bienvenue et bonne chance pour la suite de la fiche ♡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cal McLeod

avatar

Messages : 134
Avatar, © : james mcavoy; pvns.
Multicomptes : avalon.
Pseudo : fox.
Age : thirty six y.o.
Activité : owner of a little restaurant in the center.
Statut : married, but it's complicated right now.
En poche : cigarettes, iphone, a picture of him, wallet, keys.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$)$$$
Contacts:
RP: 1/3 (engl/fr) - moïra, clare, x.

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 3:04

bienvenue parmi nous et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thea Helms
together we make the perfect storm.
avatar

Messages : 110
Avatar, © : jenna coleman, @lolitaes.
Pseudo : schuylers, karine.
Age : thirty.
Activité : ex-reality tv star.
Statut : married, but it's all just pretend for the camera (or not).

TALKING IN CODE;
Compte en banque: -
Contacts:
RP: -

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 4:08

TOIIIIIII.
T'es belle comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nicksy Thewlis
the new lost generation.
avatar

Messages : 23
Avatar, © : kidd, © thee oh sees.
Pseudo : oaristys.
Age : twenty-seven years old.
Activité : the wonderful wizard of oz.
Statut : trainspotter.
En poche : weed, knife, condom, violence and despair poetry.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: down and out.
Contacts:
RP: ( □□□ )

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 11:22

si je m'étais attendue à ce qu'un tel perso vous plaise... j'aurais certainement pas autant hésité avant de m'inscrire merci beaucoup de l'accueil et de vos commentaires adorables, je veux des liens avec qui veut

@karine, petit chat, j'adore te croiser
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 11:28

bébé al
bienvenue, ton perso est au top comme d'habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Nicksy Thewlis
the new lost generation.
avatar

Messages : 23
Avatar, © : kidd, © thee oh sees.
Pseudo : oaristys.
Age : twenty-seven years old.
Activité : the wonderful wizard of oz.
Statut : trainspotter.
En poche : weed, knife, condom, violence and despair poetry.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: down and out.
Contacts:
RP: ( □□□ )

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 11:33

omg, SAM ICI
entre gene et nomi, t'enchaines les perfections toi
merci minou, garde-moi un lien, je sens qu'on peut trouver un truc entre ces deux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 11:36


je te garde ça bien au chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Clive Guthrie

avatar

Messages : 156
Avatar, © : dan stevens (©outlines).
Multicomptes : dottie.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-two years old.
Activité : jet-setter, the occasionnal financial advisor at daddy's company.
Statut : (very publicly) hopping from bed to bed.
En poche : amex, phone, keys, passeport, lighter, antibacterial gel.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: trust fund baby.
Contacts:
RP:

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 11:49

Bienvenue par ici.

_________________
▪ ▪ ▪  love is not real, he says when all lights are out, hips moving carelessly. (when i say I love you, he never laughs, but his lips tremble and he whispers, don’t do this to me)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Côme Archer

avatar

Messages : 144
Avatar, © : daniel sharman, witchling.
Pseudo : l'oisillon bleu.
Age : twenty-nine yo.
Activité : composer, musician in a rock band.
Statut : single father.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$$$)
Contacts:
RP: open (pam, vera, heath, elias, tc) - fr.

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 12:35

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sofia Fenwick
◆ sitting in a palace covered in gold
avatar

Messages : 339
Avatar, © : chloe bennet, freesia (av).
Multicomptes : dirk.
Pseudo : tyrells, arianne.
Age : twenty-six yo.
Activité : radio host, amateur dj.
Statut : complicated, too complicated.
En poche : gum, iphone, wallet, car keys, lip bomb, phone charger, old ipod with the mixes, make up, (...).

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$$$)
Contacts:
RP: open (bel)

MessageSujet: Re: it’s war on the streets.   Jeu 20 Avr - 15:41

Bienvenue parmi nous I love you

_________________
{ she said a bit of madness is key to give us new colors to see, who knows where it will lead us, and that's why they need us, so bring on the rebels, the ripples from pebbles, the painters, and poets, and plays, and here's to the fools who dream, crazy as they may seem. }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
it’s war on the streets.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Where the streets have no name...
» Hundreds - Let's Write the Streets
» Twenty thousand streets under the sky ou la vie d'un bar londonien en 1930
» Melt Festival - 15 - 17/07/11
» m4music | 24-26.03.2011 | Neuchâtel - Zürich

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUNCHING IN A DREAM :: II. / CALIFORNIA ENGLISH :: PHRASES TO BREAK THE ICE :: KINGS AND QUEENS OF SUMMER-
Sauter vers: