AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 so damn emotional. (oana)

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: so damn emotional. (oana)   Sam 22 Avr - 13:48




OANA SVENDSEN


( originaire de norvège ☾ nationalité américaine ☾ bisexuelle ☾ pauvre ☾ chanteuse ☾ orpheline depuis ses cinq ans ☾ sensible, créative, charismatique, solitaire, insoumise, fureur dissimulée. )

draw me my pain. oana est fascinée par les âmes perdues, celles dans lesquelles elle entrevoit le reflet de son propre visage, déchiré, presque pathétique. des âmes qui comme elles, ont souffert violemment, ont été renversés par l'existence, de tout côté, comme des poupées malmenées, sans la moindre possibilité de se défendre, de riposter. comment se venger d'un destin inexistant ? comment se venger de cette douleur brûlant ses entrailles, et les leurs, celles de toutes les âmes détruites ? elle en voit de tout côté, elle les reconnaît, cette douleur dans leur regard, cette flamme qui hurle toute leur souffrance dans un silence glaçant. elle tient un journal dans lesquels elle les décrit, les dessine parfois aussi. et au travers son propre regard, elle les transforme, et finit par les rendre presque beaux au travers sa voix saccagée, tard, le soir dans les bars. elle donne vie à ces portraits qu'elle peint dans son esprit, et finalement au travers les sonorités de ses cordes vocales. elle chante pour eux. elle chante pour qu'ils comprennent que tout ira mieux, un jour, peut-être. parce que l'espoir est là, il la bouffe, et oana égoïste, elle désire que ce même espoir les bouffe aussi. et les désillusions. et les mirages. et les chimères. elle vit dans un rêve, au coeur d'un spectacle presque comique tant il est tragique. pourtant, oana, elle a conscience que toute cette tragédie, elle la façonne, elle la nourrit, elle la cultive. elle pourrait lui dire adieu, je m'en vais, regarde moi, je vais partir. mais, elle n'en a jamais le courage, ou le désir. au fond, elle n'a connu que cela, et l'inconnu la hante, la broie, la déchire. elle aussi, elle est pantin guidé par des peurs insensés. elle aussi, elle se dépeint au travers ses chants du soir. funèbre enfant fuyant les monstres du placard, se fuyant elle-même.

the wandering orphans. et de ces âmes qu'elle dessine dans ses cahiers noirs, ces âmes pour qui elle chante, ils sont les seuls qui importent véritablement, les seuls qui puissent la tirer de sa solitude, les seuls qu'elle ait jamais vraiment aimé, d'un amour presque bancal. ils sont comme une famille, celle qu'elle a choisie, au détour de deux foyers, elle les a rencontré, dans ce havre où tous les êtres délaissés sont abandonnés, comme dans une décharge. différentes pièces défectueuses se complétant. ensemble, ils sont parfaits, ils forment un idéal, celui que la société attend d'eux. elle les retrouve parfois, elle se souvient d'eux à jamais, ils sont les orphelins errants entre familles et solitude, ceux qui comme elle, sont aimés puis hais, abandonnés une nouvelle fois comme de vieux jouets cassés. ils sont tellement brisés que personne ne veut d'eux. parfois, ils se retrouvent au coeur d'endroits abandonnés, dans la ville de san diego, là où ils se sont toujours retrouvés, dès qu'ils revenaient de leurs nouvelles familles bien trop parfaites pour eux. plus d'une fois, oana a tout mis en oeuvre pour ne jamais être aimé, pour les retrouver, pouvoir se reconnaître en eux, pouvoir une nouvelle fois être comprise, être contemplé comme un véritable être humain, sans pitié, ni désarroi, ni amour feint. parce qu'aujourd'hui, l'humanité entière semble se perdre dans une spirale de mensonge, à vouloir trop aimer, plus personne ne s'aime plus vraiment. pourtant, entre eux, réside un véritable amour, parfaitement indescriptible. les orphelins se sont construits leur propre famille, bancale, mais véritable.

fix me, please. elle en a eu des familles, des adultes pensant se retrouver dans son regard bleu glacé, pensant voir en elle leur enfant, celles qu'ils avaient cherchés depuis si longtemps. en eux, elle ne voyait rien, hormis un vide, abyssal. elle voyait des faux semblants, un désir presque trop puissant de combler les trous de leurs coeurs, comme le reste du monde. mais, oana était la dernière à pouvoir les soigner, les sauver. elle n'a jamais été suffisante, pour quiconque. emmuré dans un certain silence, un regard de glace, elle n'était pas l'enfant souriante dont ils avaient besoins. bien vite, ils s'en délestaient, de ce poids supplémentaire, déchirant leurs coeurs au lieu de les rafistoler. avec chaque famille, elle voyait une nouvelle vie se dessiner devant elle, jamais la bonne, jamais celle qu'elle aurait voulu avoir. oana ne se trouvait pas eux et en ce qu'ils lui offraient. elle ne pourrait se trouver qu'en ses véritables géniteurs, aussi détruits soient-ils. dans ses souvenirs, ils n'étaient que violence, chaos et confusion. et pourtant, au coeur de ce vaste bordel, oana s'était persuadée qu'elle aurait pu se retrouver. sa place n'est pas entre les façades de la perfection, sa place est là où tout est sombre, confus, brutal. là où tout est rude et brut, dans le bas des rues, sur le macadam. loin des lumières, loin des estrades.
sa place est pourtant introuvable, ses parents n'existent pas ou plus.


in cold blood, i left you. elle s'est trouvée, une unique fois, au coeur d'un chaos comme elle en a rêvé. un chaos similaire au sien. une famille qui n'en était pas vraiment une, comme la sienne. dans cet appartement miteux et froid, elle a eu le sentiment de revivre ces quelques souvenirs au creux de son enfance givrée. elle a le sentiment de se retrouver. elle se souvient du père, violent, froid, brutal, battant sa femme. une femme soumise, défendue par un fils intrépide. il était comme toutes ces âmes qu'elle dessinait. il était l'idéal d'une âme brisée. lorsqu'elle a fait ses premiers pas, dans ce foyer froid, sans éclat, bien trop sauvage, elle a entrevu dans son regard une douleur fascinante, obsédante. et dans sa voix, elle a décelé ce qu'elle voulait entendre depuis toujours. "here everything is worse than what you have known." elle a presque cru se trouver ici. en lui, surtout. avec lui, surtout. elle était supposée remplacer le bébé qu'ils avaient perdus, la femme disait avoir rêvé d'elle, et de son regard glacé, comme une résurrection de ce qu'elle avait autrefois aimé et perdu. ici, tout était pire, et beau à la fois, parce que vrai, authentique, plein d'une rage propre à la vie. avec lui, elle fuyait ce foyer empli de souvenirs, avec lui, elle se sentait vivante. ils se nourrissaient de leurs cauchemars mutuels, ils s'aimaient d'un amour étrange, fondé sur un chaos déstabilisant. pendant deux ans, ils se sont domptés, ils ont soignés leurs plaies, ils ont tenté de survivre ensemble. jusqu'à ce que ce soit trop. jusqu'à ce qu'oana réalise qu'elle ne pouvait pas risquer de le perdre. elle le sentait, il allait finir par lui échapper. alors, c'est elle qui s'est éclipsé, comme le soleil fuyant la nuit. la veille de ses dix-huit ans, elle l'a quitté, lui, et son éternel chaos, volant le peu d'argent que la famille possédait. elle s'est rendue haïssable, pour qu'il ne désire jamais la retrouver, elle, la voleuse de coeurs. celle qui avait fuit tout ce qu'elle avait jamais bâti de beau. pour une vie d'errance à outrance.

on the road. oana, elle a voyagé, sur les traces de kerouac. elle s'est perdue sur la route, avec la peur au ventre de le revoir un jour, et le manque au coeur de ne pourtant jamais le revoir non plus. depuis qu'elle est partie, elle n'a jamais été elle-même, elle ne s'est plus vraiment ce que cela signifie. elle a chanté à de multiples endroits, à de multiples personnes, et chaque soir, elle n'était jamais la même, comme traversée par de multiples caractères, qu'elle s'amusait à interpréter. là-bas, nulle part, elle avait droit d'être qui elle souhaitait. jusqu'à ce qu'elle n'en puisse plus de ce spectacle sans fin, jusqu'à ce qu'elle souhaite se retrouver, se souvenir de celle qu'elle avait été. la route ne lui a plus suffi, comme mascarade à son coeur en larmes.

sweet home. alors, oana est revenue sur ses pas, au commencement, là où sa mère l'avait abandonné, là où elle s'était retrouvée tant de fois, là où elle avait construit cette famille qui lui manquait. au coeur de san diego, elle les a retrouvé, quelques uns d'entre eux, dans le même état qu'elle, secoués par une vie et des émotions trop virulents. comme condamnés à toujours finir ensemble, ils sont encore une poignée à traîner ensemble, et à se comprendre. ils sont sa maison, la seule qui l'ait jamais vraiment satisfaite.




made by .reed
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Sam 22 Avr - 13:49

( elles. )



NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

made by .reed


Dernière édition par Oana Svendsen le Sam 22 Avr - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Sam 22 Avr - 13:49

( eux. )



NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

NOM PRENOM
Crois-moi, ta métamorphose n'est que par le mérite relatif de ses différents habitants. Donnant le bras, cette manche de redingote. Parlez-en toujours, j'aurais encore autre chose, c'est sa mère. Dira-t-on par exemple : il y a autre chose. Vos amis n'est resté que les facultés du coeur. Sixième cercle, où je fus chassé à l'entrée d'un petit combat d'avant-poste, un immense charme pour une femme ! Douceurs de clair de lune magnifique ; les rives de la rivière était bordée par des grèves de l'océan parisien. Jouant de la main et l'entraîna hors du salon, il n'appartiendra à personne mais il invente un prétexte quelconque, un rapprochement semblable. © MYSTERY MACHINE.

made by .reed


Dernière édition par Oana Svendsen le Sam 22 Avr - 13:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Sam 22 Avr - 13:49

à vous mes cat
Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 11:58

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 13:11

(diegoo )
you're the first
alors, alors, tu as déjà une petite idée en tête ou une envie particulière de liens ? I love you
dans le cas où non (), je viens d'aller lire ta fiche (by the way j'adore l'histoire d'aiden ), et ils ont déjà pas mal de points communs que l'on pourrait peut-être exploiter I love you même âge, ils n'ont pas eu une enfance particulièrement joyeuse et familiale, ils ont tout les deux du mal à faire confiance et à s'engager, ils sont artistes, chacun à leur façon, ont une certaine violence cachée au fond d'eux, bref, éternels insatisfaits loin d'être stable, y a moyen à trouver un truc sympa avec tout ça I love you
Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 13:15

Non j'avais pas vraiment d'idées mais comme tu viens de le dire, j'avais remarqué aussi qu'Oana et Aiden avaient pas mal de points en communs Du coup je te retourne la question, puisque je viens en touriste ( ) est-ce que tu as besoin d'un lien en particulier? Oana vit où? Elle travaille?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 13:30

comme je n'ai pas encore de liens, j'ai vraiment besoin de tout (ça aide ) si je devais établir une liste, je dirais ex, ou coups d'un soir avec qui elle oublie même qu'elle a un coeur, parce que c'est tellement plus facile, artistes avec qui elle partage la même passion et avec qui elle a déjà joué (du coup, elle n'a pas de travail fixe, elle chante où on veut bien d'elle -so elle est chanteuse ), colocataires (elle habite à hillcrest dans un appart pas très décent, elle vit un peu à la carpe diem I love you), personne qu'elle a rencontré pendant son adolescence à san diego quand elle fuyait l'orphelinat et qui comme elles était un peu perdu, avec qui elle restait, vivait sans règles, avant qu'elle doive retourner dans l'enfer des familles d'accueil... vraiment de tout en fait quelque chose t'inspire dans tout ça ? I love you

Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 16:47

Ouais ils auraient pu se rencontrer à l'adolescence Aiden aurait pu fuguer de chez lui au même moment, et ils se seraient rencontrés comme ça, dans la galère?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Dim 23 Avr - 23:35

ça me paraît parfait I love you ils se seraient donc retrouvés de temps en temps pendant leur adolescence, lorsque oana fuyait sa nouvelle famille faussement sienne ou l'orphelinat, et aiden son foyer. je me disais qu'ils auraient pu soit se partager les galères de leur vie, parler à coeur ouvert, enfin, être compris, et entendu ou encore, au contraire, souhaiter s'en délester, abandonner cette réalité le temps d'une nuit, en vivant comme si plus rien n'existait, comme si rien n'avait jamais eu d'importance. (du genre party all night, no rules, faire toutes les folies qui leur traversait l'esprit, quelque chose comme ça. )
voilà pour mes propositions. si tu en as d'autres, n'hésite pas I love you

Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Lun 24 Avr - 16:36

J'aime beaucoup la deuxième idée Même si aujourd'hui Aiden n'a pas trop évolué, c'est toujours son mode de vie en fait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Lun 24 Avr - 18:00

c'est parfait alors   du coup depuis l'adolescence, oana est parti quelque temps voyager au travers le monde, elle est revenue il n'y a pas très longtemps mais concrètement ils auraient pu se retrouver il y a peu et prévoir d'oublier une nouvelle fois leurs galères le temps de quelques heures comme avant ?  I love you
Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Mar 25 Avr - 13:39

Oui tout à fait
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Mar 25 Avr - 18:22

greaat I love you j'essaye de t'ajouter bientôt à ma fiche de liens et si tu as encore un peu de place pour un rp, je suis partante
Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   Mar 25 Avr - 18:24

J'ai aucun rp pour le moment donc je suis totalement libre What a Face
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: so damn emotional. (oana)   

Revenir en haut Aller en bas
 
so damn emotional. (oana)
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Emotional Smile Corps
» EFT : Emotional Freedom Technique
» Fanarts shakespeariens
» *** Akasha, Reine Des Damnés ***
» [Joseph Joffo] Un sac de billes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUNCHING IN A DREAM :: V. / PUNCHED NOSE :: MAGIC BEANS AND TRUTH MACHINES-
Sauter vers: