AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 de la simplicité des mots (lyla)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 0:10


[lyla guthrie]
You must have chaos within you to give birth to a dancing star.

nom complet : Guthrie vous l'aurez compris, elle fait partie de cette famille là. Celle que tous regardent, que tous envient. Ce nom qui ouvre autant de porte qu'il n'en ferme. Celui qui lui permet de défoncer celles qu'elle veut malgré tout ouvrir sans se faire engueuler. Lyla son père aimait ce prénom, il a réussi à convaincre, sans trop de mal, sa femme de le lui donner. ◦ âge, date et lieu de naissance : née un deux mars à la clinique de San Diego, il y a de ça vingt-huit ans. ◦ origines et nationalité : si un jour on lui disait être autre chose qu'américaine, la blonde n'y croirait pas. C'est une sorte de fierté familiale, vous comprenez. Pas qu'elle en ait quelque chose à faire, mais ça semble tenir à cœur à certains membres de cette famille, alors... ◦ statut civil et orientation sexuelle : les hommes l'aime, elle aime les quitter. ◦ occupation et situation financière : comme on le lui a toujours dit, la belle n'aurait pas eu besoin de travailler. Rien que son nom est une marque à lui seul. Pour autant, l'idée de rester à rien foutre toute la sainte journée n'est pas son truc. Après des études d'arts, elle est donc aujourd'hui à la tête de trois galeries à travers le pays - une a San Diego, la principale, une à New York et une à Chicago. En parallèle, elle fait aussi partie du comité "philanthropie" de l'entreprise familiale. ◦ situation familiale : un père, une mère, trois frères. Simple non ? Le premier est un milliardaire redouté et redoutable, la seconde une conne vénale, et les trois derniers lui tapent autant sur le système qu'elle ne les aime. Joyeuse famille que les Guthrie. ◦ traits de caractère : passionnée. sarcastique. éduquée. impatiente. ingénieuse. distante. emphatique. impulsive. généreuse. méfiante. cultivée. rancunière. ◦ groupe : this could be enough.

let's talk about spaceships

01. Sa famille. Un beau bordel. Seule fille du couple Guthrie, autant dire qu'elle est née avec un petit truc en plus sur le reste de l'univers. Son père, même s'il n'a jamais été le plus présent du monde, l'a toujours traitée comme une princesse. Il est parfois maladroit avec elle, surtout depuis qu'elle est sortie de l'adolescence, mais il n'en reste pas moins un père qui aime profondément sa fille. Il a su, avec les années, faire d'elle quelqu'un de... docile. Lyla voulait le rendre fière. Probablement pour qu'il lâche un peu de lest aux autres. Allez savoir. Sa mère, c'est une toute autre histoire. Elles n'ont jamais eu une vraie relation mère/fille. Une copine de shopping, voilà ce que représentait Lyla pour maman Guthrie. Pendant toute sa jeunesse, elle lui a répété que son image était primordiale : il faut être jolie mais pas vulgaire, élégante mais pas coincée, intelligente mais pas le montrer. Le but était simple : lui trouver un bon mari en fin de course. Souvent, elle lui envoi les contacts de gendres potentiels. Voilà à quoi se résume leurs échanges ces dernières années. Unilatéraux, les échanges, puisque Lyla ne lui répond pas. Elle débecte cette femme que sa mère est devenue. Simplement. Ses frères sont ses seuls alliés. Ils ne l'ont pas toujours été, ne le sont pas toujours, mais elle vendrait son âme pour eux. Elle couvre Xander et ses conneries. Elle vire les filles dont Clive ne veut plus. Et elle ne se vexe pas quand Dirk lui dit qu'elle a un teint de merde. 02. La célébrité. Née avec cette médiatisation, la blonde n'a jamais rien connu d'autre. Meilleures écoles privées, amis de la haute, bal des débutantes, elle est passée par toutes ces choses ; et les journaux ont suivi son évolution. Pas besoin d'album de famille, les tabloïds ont tout documenter. Pendant un an seulement, elle a vécu loin de ce bordel. Un an à Paris, entre la fin du lycée et le début de la fac. Un an de calme. Est-ce que tout serait plus simple si elle était née dans une autre famille ? Pas certain. Chaque privilège vient avec un inconvénient. Et inversement. Aujourd'hui, une vie moins tumultueuse, un quotidien moins passionnant, on la laisse relativement tranquille. Plus qu'avant, du moins. Ou bien s'y est-elle faite ? Allez savoir. 03. Penn. University of Pennsylvania, Master of Arts. Les meilleures années de sa vie. Cinq ans à ne plus vivre que selon ses règles. Étrangement, c'est là-bas qu'elle s'est sentie le plus libre. Elle n'avait qu'à apprendre ; personne n'attendait d'elle plus que ça. Aujourd'hui encore, pour remercier l'université - et parce qu'elle le peut -, Lyla offre un stage à deux étudiants de première année, sur lettre de motivation, pour l'une de ses galeries. Les médias en parlent peu. Ce n'est pas assez juteux pour eux. Tant mieux. 04. L'amour. Concept flou. Dire qu'elle n'a jamais été amoureuse serait mentir. Dire qu'elle a été déçue complètement vrai. Qu'elle a déjà eu le cœur brisé faux. Comprenez que sa vision de la chose a été bafouée par un exemple parental déplorable. Papa et Maman Guthrie ne se sont jamais aimés. Tolérés, oui. Épaulés, aussi. Mais aimés ? Lyla a vu ses amies perdre leurs repères face au sexe opposé. Le seul qui l'ait vraiment troublée, c'était Max. Mais Max, ça n'a jamais vraiment été de l'amour. Juste le fruit défendu. Son cœur faisait boom boom d'adrénaline. Pas d'amour. Si elle a de nombreuses fois été en couple, aucun n'a duré plus d'un an. De guerre las, Lyla fini toujours par y mettre un terme. Xander lui a dit qu'elle finirait seule si elle continuait. L'idée est déplaisante, mais elle ne lui fait pas peur. Parce qu'elle ne l'a pas ressenti encore. La fougue. La passion. La peur de perdre. Un jour, peut-être. 05. Galeriste. Elle adore son métier, aussi étrange que cela puisse paraitre. Ça s'apparente plus parfois à du business qu'à du traitement d’œuvres d'art mais elle sait se montrer convaincante lorsqu'elle parle des artistes qu'elle expose. Bien sûr, papa Guthrie et son chéquier étaient derrière l'ouverture de la première galerie, celle de San Diego. Elle ne s'en plaindra certainement pas, bien consciente qu'elle n'aurait rien pu faire sans ça. Deux ans et deux antennes plus tard, Lyla mène son petit empire d'une main ferme. Six employés dans le pays et plusieurs dénicheurs de talents dans la poche, elle fait découvrir à ses clients des artistes du monde entier. Gonfle les prix, bien sûr. Les riches n'achètent que ce qui est cher, c'est bien connu. Petit profit pour elle, gros profit pour les artistes, tout le monde est content. Et depuis quelques temps, on la reconnait pour "Lyla Guthrie, galeriste" et non plus "Lyla Guthrie, fille de". Que demander de plus ?


and a kiss to make it better
pseudo/prénom : ennie. ◦ âge et pays : vingt-quatre ans, France. ◦ avatar : Imogen Poots.  ◦ scénario/pré-lien/inventé : pré-lien du big bro. ◦ avis, autres : sublime, et quel accueil ! ◦ crédits : fyipoots.tumblr.


Dernière édition par Lyla Guthrie le Lun 24 Avr - 23:57, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 0:11

sad, but endearingly so.
La pièce lui parait étroite. Le mobilier d'un sommaire. Une armoire en bois du siècle dernier qui jure avec un bureau Ikea aux influences faussement modernes, le tout tournant autour d'un lit simple surplombé d'un facsimilé de Jackson Pollock. Cette pièce en elle même pouvait tenir dans son dressing ; son appartement dans son salon. Contraste dérangeant. Elle est prête à se lever, laisser l'homme dormir paisiblement alors que chez Lyla, l'inconfort s'installe. « Stay... » sa voix est éraillée, à peine réveillée, il n'a même pas ouvert les yeux. Pourtant, sa main trouve le chemin de son dos, ses doigts glissant doucement le long de sa peau nue. Elle devrait partir. Devrait parce qu'elle sait, l'héritière, qu'elle n'a pas sa place ici. Mais il ouvre les bras et elle s'y loge. Ça fait deux mois que ça dur. Trop long. Toujours la même rengaine. Il a réparer son moteur, une fois, et pense maintenant pouvoir bricoler avec son cœur. Il ne peut pas. « Where did you get that scar ? » il cherche à savoir les détails, les méandres de son histoire. Ça la change ; les hommes qu'elle a connu les trois quart de sa vie était plus intéressés par celle de son père que par celle de la blonde. Travis est différent. Ce n'est pas forcément mieux. Cette soudaine proximité la dérange. Elle répond pourtant. « I was seventeen. My mom got sick, a bad virus from a trip to Asia, just weeks before a charity event. I don't know why he suggested it but my dad told me to take over. I remember he was working his ass off at the time, Clive was already in college, Dirk who knows where, and my mom... she didn't trust a lot of people. Not that she trusted me but at least, she knew who she could blame. » ses lèvres posées sur la plaie cicatrisée au creux de sa main n'arrivent pas à la distraire. Pourquoi raconter cette histoire en détails et ne pas lui offrir la version courte ? Aucune idée. Perdue dans ses souvenirs, la blonde fixe le plafond décrépit. « Anyway, a lot had already been done. I only had to meet with a couple of people for the decoration and stuff like that. And there was this man on the last day, hoping to show some of the artwork from his gallery to someone. He was so... passionate. We... I don't know. Clicked. I actually bought some of the pieces and asked if we could make an auction out of it. My mother was obviously furious ! It was way out of plan. I never thought it would work, but it did. I think that's when I realised I wanted to do something with art. Not... do, art, but show it. To the world. » lointaine, la jeune femme se perd dans ses souvenirs. Ce rappel lui fait du bien. Se dire qu'elle a actuellement choisi sa voie. Enfin, presque. Soyons honnête, sa réputation actuelle ne s'est pas simplement faite grâce à son œil et son bon goût. Elle est née avec un carnet d'adresses entre les mains. Lyla... elle a simplement décidé de l'utiliser pour ce qu'elle pense être juste. Et puis, pour les galas de charité, ça arrange son père. Il sait qu'elle est là pour organiser. Faire les choses bien. Dorer un peu plus encore le blason Guthrie. Win/win, les amis. « I cut my hand hanging a piece for that event. Four stitches later... here I am. » voilà. Con, non ? Pourtant, Travis sourit. Il a l'impression d'avoir obtenu une information confidentielle. Désolé mon joli mais cette histoire a fait le tour des tabloïds à l'époque. La jeune princesse, dure à la tâche ! Tout pour l'image, vous savez. Tout pour l'image. « Do you think it's what you were meant to do ? » le genre de question vague qu'elle déteste totalement. Il ne peut pas le savoir. Après tout, il ne la connait pas. Ne connait que ses courbes, le goût de ses lèvres, quelques bribes de son histoire, mais d'elle, de la véritable personne qu'elle est... Comment lui dire, lui qui trime chaque jour pour se payer ce taudis, qu'elle n'a pas eu le choix. C'est prétentieux, presque dégueulasse, mais c'est la vérité. Quand on nait dans une famille comme la sienne, on ne choisit pas grand chose. Rien d'important, en tout cas. Alors oui, elle avait rêvé d'être médecin pendant un temps, subjuguée par ce qu'elle avait pu voir à la télé. Mais à quoi bon ? Concrètement, à quoi aurait pu servir une carrière dans la médecine ? Non... non. On lui a dit de sourire. De se faire voir, avec ses beaux yeux bleus - ceux de son père. D'avoir une carrière oui, mais une qui serve l'intérêt commun. On lui a fait croire qu'elle avait le choix. Dans un sens, elle l'a eu. Elle aurait pu leur dire d'aller se faire foutre. Elle ne l'a simplement pas fait. À la place, Lyla a suivi un conseil que lui avait donné son père, étant gamine « When you can't have what you want, find the next thing that makes you smile, and hold on to it. » pour elle, ç'avait été l'art. « I need to go. I'm gonna be late. » aussi simplement, la blonde se lève et attrape ses vêtements éparpillés au sol. Il ne comprend pas, Travis. Il ne la comprendra jamais. Il sait que ça ne sert à rien de la retenir ; il a essayé avant, n'a jamais réussi. Elle met de la distance entre eux, quoi qu'il fasse. Pourtant, elle lui revient toujours. Probablement qu'un jour, un mec qui n'aura pas de crasse sous les doigts essayera de prendre sa place. Quelle place ? Qu'importe. Il la voudra, elle, comme Travis la veut. Il la voudra parce qu'elle aura fait chavirer quelque chose en lui. Ce jour là oui, Travis sera dans la merde. Peut-être qu'il se battra. Peut-être que ça ne servirait à rien. En attendant, il sait que dans quelques jours, elle viendra frapper à sa porte sans prévenir. Ils prendront une bière, parlant sans parler de choses qui n'ont aucun intérêt. Ils feront l'amour, plusieurs fois peut-être. Au gré de la nuit, il lui posera quelques questions pour en apprendre toujours plus sur elle. Puis elle partira, comme elle est arrivée. Sans prévenir. Ras de marée sur son cœur. Comme à chaque fois. En attendant, Lyla s'en va.


Dernière édition par Lyla Guthrie le Lun 24 Avr - 18:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 0:14

imogen est tellement parfaite, bienvenue ici.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 1:06

bienvenue dans l'coin
comme j'tai dis, choix de fou
Revenir en haut Aller en bas
Aiden Meeler

avatar

Messages : 174
Avatar, © : diego barrueco, lolitaes
Pseudo : mazikeen
Age : vingt-trois ans
Activité : il en fout pas une
Statut : célibatard
En poche : cigarettes, briquet, quelques billets, smartphone,

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $
Contacts:
RP: Cybele + Ren

MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 8:13

Bienvenue et courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 11:48

Imogen est tellement parfaite
Bienvenue par ici et bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 15:50

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 19:22

vous êtes tous tellement beaux
merci
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 19:24

Imogen.
Bienvenue. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Ruby Bolton
◦ girl with broken heart
avatar

Messages : 27
Avatar, © : bush - (©.gasoline - av)
Pseudo : meg
Age : trente ans
Activité : conseillère patrimoniale, reléguée au boulot d'assistante de Clive Guthrie depuis son embauche
Statut : célibataire
En poche : son téléphone, qui ne la quitte jamais - un rouge à lèvres - de la monnaie

TALKING IN CODE;
Compte en banque: $$$$
Contacts:
RP: (2/2)

MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 20:42

Il nous faudra un lien.
Bienvenue avec la belle Imogen.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Lun 24 Avr - 23:38

merci à vous deux
avec plaisir Ruby !
Revenir en haut Aller en bas
Veena Selwyn

avatar

Messages : 65
Avatar, © : sophie cookson, freesia.
Pseudo : crick, dorine.
Age : twenty-seven yo.
Activité : photographer, social media influencer.
Statut : in relationship, but someone else is also in her mind.
En poche : lipstick, phone, notebook, keys, wallet.

MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Mar 25 Avr - 0:26

La belle Imogen.
Bienvenue parmi nous. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dirk Guthrie

avatar

Messages : 38
Avatar, © : armie hammer (@lannisters)
Multicomptes : sofia.
Pseudo : who must not be name
Age : thirty-one yo.
Activité : former reality star, present douchebag.
Statut : so many options too choose from, why limit yourself
En poche : gold card, phone, wallet, car keys, small bottle of whiskey, cigars, (...).

TALKING IN CODE;
Compte en banque: daddy's money runs deep ($$$$$$$)
Contacts:
RP:

MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Mar 25 Avr - 4:12

La petite soeur

_________________
{ don't judge me, my mama caught me with a strap don't judge me, i was young fucking all the rats don't judge me, aiming at your head for a stack don't judge me don't judge me, now my home got a valley peak don't judge me, if i press your line, you a freak don't judge me, won't you tell a friend ya'll gon' see }

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clive Guthrie

avatar

Messages : 156
Avatar, © : dan stevens (©outlines).
Multicomptes : dottie.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : thirty-two years old.
Activité : jet-setter, the occasionnal financial advisor at daddy's company.
Statut : (very publicly) hopping from bed to bed.
En poche : amex, phone, keys, passeport, lighter, antibacterial gel.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: trust fund baby.
Contacts:
RP:

MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Mar 25 Avr - 4:15

Bienvenue, officiellement.
Ta fiche est parfaite, j'adore ce que tu as fait de la petite soeur. Du coup, je valide tout de suite. I love you

_________________
▪ ▪ ▪  love is not real, he says when all lights are out, hips moving carelessly. (when i say I love you, he never laughs, but his lips tremble and he whispers, don’t do this to me)

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   Mar 25 Avr - 8:35

mais c'est elle aussi, elle est trop parfaite
merci
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: de la simplicité des mots (lyla)   

Revenir en haut Aller en bas
 
de la simplicité des mots (lyla)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lyla, lie-la
» Mots farfelus ? définitions farfelues...
» Nos expressions et mots français préférés
» Vire-langues,,,Amusez-vous bien en prononçant ces petits mots.
» Lire en anglais : mots, expressions difficiles à comprendre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUNCHING IN A DREAM :: V. / PUNCHED NOSE :: MAGIC BEANS AND TRUTH MACHINES-
Sauter vers: