AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 set free, r/holden.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Dottie Rose
◦ promise me, no promises
avatar

Messages : 312
Avatar, © : vikander (©moonlight).
Multicomptes : clive.
Pseudo : belispeak, anaïs.
Age : twenty-seven yo, half child and half ancient.
Activité : filmmaker (indie docu-films).
Statut : elusive.
En poche : phone, wallet, keys, mints, leather notebook, loose change, hairpins, bright orange nailpolish, sunglasses, camera, paperback.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: scraping by. ($$)
Contacts:
RP:

MessageSujet: set free, r/holden.   Mer 26 Avr - 22:28

There are storm clouds gathering in your chest
again and every drop of rain is etched with his name.

________________________________
Pour quelqu'un qui voyage autant qu'elle le fait, Dottie possède beaucoup trop de choses. Et pas vraiment des choses utiles comme un tournevis, une ampoule ou un toaster - elle aurait bien besoin de ces choses-là, d'ailleurs - mais plutôt des babioles et autres broutilles généralement dénuées d'utilité pratique, qui ont peu (voire pas) de valeur matérielle mais indéniablement chères à son cœur. Chaque fois qu'elle quitte San Diego pour une longue période, elle stocke des boîtes et des boîtes remplies de bibelots en tous genres dans un hangar. Et chaque fois qu'elle y revient, elle prend quelques jours entièrement dédiées à les défaire. C'est une tâche d'une ampleur conséquente, éprouvante autant physiquement qu'émotionnellement. Il y a la broche que lui a offerte sa grand-mère, celle qui se transmet de Rose en Rose. Le masque vénitien, acheté par sa mère lors de son premier voyage dans la Cité flottante, qui n'a rien perdu de ses couleurs chatoyantes malgré les années qui se sont écoulées. Une poupée traditionnelle ramenée du Pérou, dénichée dans un marché local de Lima où elle tournait alors son tout premier documentaire. Il s'agit de bons souvenirs - Dottie force les mauvais dans un donjon perdu dans les méandres de son esprit, enfermés à double tour, où elle laisse volontiers pourrir. Il s'agit de souvenirs heureux. Mais, parfois, la joie qu'ils contiennent est si grande qu'elle se ressent comme une tristesse profondément accablante qui la draine affectivement jusqu'à ce qu'elle ne soit plus semblable qu'à un puits asséché. Les vestiges fugaces de moments radieux envolés à jamais. Elle ne revivrait plus ces jours, et d'une façon ou d'une autre la prise de conscience pourtant évidente a le don de l'abattre, encore et encore. C'est exactement comme ça qu'elle se sent, infiniment vide, alors qu'elle tient deux tickets de cinéma entre ses doigts, retrouvés nichés entre les pages d'un vieux journal. Elle n'a que de vagues souvenirs de la trame du film, mais elle se souvient d'avoir glousser comme une idiote tout le long et elle se souvient définitivement de la personne qui était assise à ses côtés. Exsangue et étripée, la poitrine si douloureusement creuse qu'elle a envie de flanquer les boîtes par la fenêtre pour finalement se débarrasser du bagage et recommencer à zéro. Avant de faire quelque chose qu'elle finirait assurément par regretter, Dottie abandonne ses cartons et son appartement tristement austère pour la fraîcheur de la pénombre tout juste tombée sur San Diego. Rapidement, ses pieds sont guidés par sa curiosité. Pense-t-il encore à elle, lui aussi ? Se sent-il aussi misérable qu'elle, maintenant, tout de suite ? Est-il encore affecté du tout ? L'image s'est imprimée derrière ses paupières et il n'y a plus qu'une seule solution pour la déloger. Le chemin lui est si péniblement familier qu'elle pourrait le parcourir les yeux bandés. Son quartier à lui si chargé en traces d'un passé à la fois si proche qu'il pourrait dater d'hier et si lointain qu'il pourrait appartenir à une autre personne du tout au tout. Dottie se faufile derrière quelqu'un qui quitte la bâtiment avant de grimper les étages. C'est le cœur coincé dans la gorge et la souffle court qu'elle se tient devant la porte de l'appartement d'Holden. Elle s'autorise quelques instants pour se ressaisir avant de frapper trois coups secs. Elle compte trente secondes avant que la porte ne s'ouvre, la clé qu'elle possède toujours lourde dans la poche de son jeans. Holden, face à elle. Le choc la stupéfie sur place, presque comme si elle s'était attendue à ce qu'il ne lui ouvre pas, ou qu'il claque la porte aussitôt.  I thought I'd quickly drop by to say hi. Elle scanne ses iris sombres à la recherche de réponses à des questions qu'elle ne devrait plus se poser. Elle est partie, elle est censée avoir tourné la page. Mais qu'est-ce qu'elle fout ici ? So, well, hi. How have you been? Dottie n'a jamais été douée avec les mots ce qui l'a toujours attristée étant donnée leurs impact. Elle ne s'est jamais sentie plus ridicule qu'en ce moment. There's that sweater I'm pretty sure I left here, you probably don't remember. Il ne s'en souviendrait probablement pas, puisqu'elle ne s'en souvenait pas elle-même.

_________________
▪ ▪ ▪  but in our story, who is the monster at the end of the book? oh my love, the monster is time.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ultralife.forumactif.com
Holden Ames

avatar

Messages : 13
Avatar, © : kit harrington, faust.
Multicomptes : moïra
Pseudo : mary
Age : thirty y.o.
Activité : mlb agent.
Statut : dating someone just so he's not alone.
En poche : business cards, lighter, pack of smokes, phone, wallet, spare change, keys.

TALKING IN CODE;
Compte en banque: ($$$$)$
Contacts:
RP: (fr/eng | dottie, xx.)

MessageSujet: Re: set free, r/holden.   Mer 3 Mai - 1:29

honestly i have been begging for answers
That you and only you can give to me.

________________________________
I tell you, it’s nothing to worry about. That was just a bad day. Holden retint un soupire, son interlocuteur, monsieur Anderson, étant bien trop important pour lui laisser sentir qu’il l’exaspérait, et pourtant, c’était le cas. Depuis dix minutes déjà, la discussion tournait en rond et Holden n’était là qu’à essayer de le convaincre que son plus récent client n’était pas que bon pour les ligues mineures, que le dernier match qu’il avait joué ne reflétait en rien ses capacités et que c’était une mauvaise journée comme même les plus grands avaient connus. Yes, you’ll see. Next game, he’ll be at his best. You have my word. Alors que monsieur Anderson était en pleine réplique, l’attention d’Holden fut retenue par le son qui venait de la porte. Qui pouvait bien lui rendre visite maintenant? Il n’attendait personne et il savait pertinemment qu’à cette heure, il était impossible que ce soit Tasha. Sir, do you mind waiting for just a second? Someone's knocking at my door. Expliqua-t-il, mettant son interlocuteur sur pause un moment. Il se dirigea vers la porte qu’il ouvrit pour y découvrir, à sa grande surprise, Dottie. Actually, I’ll have to call you back. Rectifia-t-il visiblement sous le choc, ne laissant à son interlocuteur que le temps nécessaire pour donner son accord – quoi qu’Holden s’en fichait royalement en ce moment – et raccrocha avant de glisser son téléphone dans la poche droite de son jeans sans pour autant détacher son regard de celui de Dottie. Il avait l’impression de voir un fantôme. C’était un peu ce qu’elle était en fait, elle qui avait disparu sans laisser aucune trace, sans un mot, un indice quant à sa destination, sans même oser prendre son appel lorsqu’il l’avait appelé ce jour-là… comme elle lui avait dit de le faire. Alors pourquoi, six mois plus tard, était-elle là, devant lui, agissant presque comme si les mois ne s’étaient pas écoulés depuis leur dernière conversation.   I thought I'd quickly drop by to say hi. Dire que l’envie de claquer la porte ne s’était pas faite sentir en lui aurait été mentir, mais il ne pouvait pas. Il avait tant de questions à lui poser, tant de choses qu’il voulait lui dire – majoritairement des reproches – et il ne pouvait pas laisser filer cette occasion. Qui savait lorsqu’elle se représenterait? Elle avait bien réussi à s’enfuir pendant six mois sans qu’il ne puisse la retrouver, alors il ne pouvait écarter l’hypothèse qu’elle parte à nouveau, qu’il ne la revoit plus jamais. Il ne savait pas à quoi s’attendre avec elle. L’avait-il seulement su un jour?   So, well, hi. How have you been?  Son visage devait sans doute trahir la surprise, parce qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle pose la question. Peut-être était-ce simplement parce qu’il s’agissait là d’une formalité, une formule de politesse qu’on dit dès qu’on salue quelqu’un. Parce qu’il prétendait bien aller, Holden, mais en fait, il ne s’était jamais remis de ce départ soudain. Il avait eu ce pressentiment, ce matin-là, qu’elle ne reviendrait pas, mais il avait tout de même espéré. Il savait pourtant que cette histoire ne durerait pas une éternité, mais il n’avait pas pu s’empêcher de s’attacher à elle. C’était sans doute ce qui lui avait fait le plus mal, que l’espoir qu’il portait ait été réduit à néant sans même une parole, sans un mot laissé sur la table, sans un au revoir, une explication. Qu’elle soit simplement partie comme si ce qu’ils avaient vécu ne comptait plus. Un moment d’hésitation sans doute un peu trop long la fit enchainer. There's that sweater I'm pretty sure I left here, you probably don't remember. En fait, il ne savait pas quoi répondre, quoi dire. Il avait envie de lui dire tout ce qu’il ressentait, il avait envie de claquer la porte aussi pour ne plus voir son visage, pour réussir à se faire croire à nouveau qu’il était passé à autre chose, qu’elle appartenait au passé. Peut-être aussi qu’il espérait un tout petit peu la voir disparaitre, parce que ça lui faisait mal de la voir à nouveau. Son cerveau assimila finalement toute l’information qu’il avait reçu et il put enfin prendre la parole. Really? Pas de salutation, elle n’en méritait pas. You disappear for six months and come back out of the blue asking for a f*cking sweater? S’il souhaitait la voir partir, c’était sans doute la meilleure façon d’y parvenir. Il aurait sans doute pu être un peu moins direct, mais elle devait savoir. Il était blessé. Elle l’avait blessé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
set free, r/holden.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [TUTO] Configurer ses boite mail free et hotmail sous SFR
» [AIDE]Transfert mails Free vers HD2
» un free d'Isabelle Vautier
» [Aide] Mail Free avec Abonnement Orange
» free: pochon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PUNCHING IN A DREAM :: III. / SAN DIEGO, CA :: CENTER CITY :: Residential Area-
Sauter vers: